Aller le contenu

Croisade contre l’ignorance

Lors d’une soirée entre amis j’évoque le fait que pour refaire mon jardin, j’ai aspergé celui-ci de Roundup. Je me suis rapidement retrouvé acculé de critiques, m’accusant d’être anti-écologique et même de mettre en danger la santé de mes futurs enfants qui iraient jouer dans mon jardin.

J’ai quand même du mal à croire qu’en aspergeant une fois mon jardin j’allais engendrer toutes les conséquences néfastes évoquées par mes amis. Le débat autour du Roundup est compliqué, car c’est un débat multi-facettes et nombreux sont ceux qui mélangent tout. Je vais donc tenter une petite mise en perpective dans cet article, qui, j’en suis sur, fera l’objet de nombreuses critiques. Ce qui est positif car cela fait avancer le débat.

La principale préoccupation de gens est de savoir si le Roundup est dangereux pour la santé humaine. Rien que cette question comporte plusieurs axes de réflexions et donc il n’est pas possible de répondre clairement « oui » ou « non ». La confusion commence par la décision en 2015 du CIRC (Centre International de la Recherche sur le Cancer) de classer le glyphosate (la molecule de synthèse présente dans le Roundup) comme « potentiellement cancérigène ».

C’est la que la majorité de gens se disent, ça y est, c’est prouvé. Alors qu’attendons-nous pour bannir ce mauvais produit cancérigène? Ceux-la oublient la vocation du CIRC qui est de regarder si dans l’absolu un produit est cancérigène. Via une rapide recherche Wikipedia, on constate que le CIRC classe les produits en 5 catégories :

  • Groupe 1 (cancérogènes)
  • Groupe 2A (probablement cancérogènes)
  • Groupe 2B (peut-être cancérogènes)
  • Groupe 3 (inclassables)
  • Groupe 4 (probablement pas cancérogènes)

Le Glyphosate est dans le groupe 2A alors que dans le groupe 1 on retrouve les contraceptifs oraux séquentiels (la pilule contraceptive), les boissons alcoolisées, le tabac, la viande et même la poussière de bois. Pourtant je n’ai jamais eu vent de manifestations de menuisiers inquiets pour leur santé. Pour faire une petite parenthèse, ils devraient peut-être plus s’inquiéter que les agriculteurs. Car si on regarde les « expositions professionnelles » classés dans le groupe 1, c’est-à-dire les métiers entraînant un risque supplémentaire de développer un cancer, on retrouve l’ébénisterie et la fabrication de meubles mais pas l’agriculture. (Source)

Avant de fermer la parenthèse, je tiens à rassurer mes lecteurs travaillant le bois, si votre métier est dans cette liste, cela veut dire que vous avez un risque supplémentaire de développer un cancer suite à cette activité. Cela ne quantifie pas le risque et ne prends pas en compte tout les autres aspects spécifiques à votre vie et votre environnement. Et pour revenir au Glyphosate, c’est justement là le problème et la confusion. Car le classement de la CIRC n’a pas de valeur réglementaire, et ils n’ont pas manqué de le rappeler en 2015 quand le classement est sorti, déclarant dans l’article du Monde intitulé « Le désherbant Roundup classé cancérogène ».

« Nous ne faisons pas de l’évaluation des risques mais de l’identification des risquesNotre avis ne dit pas si la population générale court un risque du fait de telle ou telle substance, cela c’est le travail des agences de sécurité sanitaire. » (Source)

Mais la majorité des personnes se limites au titre et ne lisent pas l’article en entier. Et si ils le faisaient, ils se rendraient compte que les agences de sécurité sanitaire se sont posées la question et ont estimées, pour la grande majorité, que les risques pour l’espèce humaine est limité (on parlera des abeilles après t’inquiète).

Je ne vais pas citer les agences du monde entier, mais me limiter à L’EFSA, l’agence de régulation Européenne. Ceux-ci ont déterminé les seuils d’exposition au glyphosate tolérables en mg/kg et les niveaux d’exposition au glyphosate constatés via l’alimentation sont largement inférieurs à ces seuils. C’est pourquoi l’EFSA considère que les risques du glyphosate pour les consommateurs sont limités (Source).

Je suis conscient que certains vont me répondre « tous pourris », insinuant que les instances politiques travaillent en secret pour l’élite judéo-massonique fomentant des complots dans leur tour d’ivoire et nous trompent a longueur de journée. Je ne vais pas rentrer dans ce non-débat puéril et dénué de tout fondement. Personnellement je pense que les gens de l’EFSA sont des scientifiques respectables et si on regarde la littérature scientifique sur lesquels ils s’appuient on trouve de la littérature produite par les deux camps. (Source)

Mais alors pourquoi tout le monde est si obtus par rapport au Glyphosate? Est-ce que tout le monde serait débile et incapable d’appréhender sereinement un sujet? Je ne pense pas. Les gens on peur, et ils ont raison. Le Roundup symbolise a lui seul trois des dérives inacceptables de notre société alimentaire : le modèle actuel de l’agriculture intensive, la diminution systématique de la biodiversité et la « dette » environnementale qu’on est en train de créer pour des besoins économiques.

Car qu’on s’entende bien, je ne suis pas un défenseur du modèle actuel totalement absurde. Un modèle dans lequel on trompe le consommateur en lui vendant aliments tellement transformés qu’ils ne contiennent plus rien de ce qu’ils sont censés être (le chocolat sans cacao). Un modèle dans lequel nos agriculteurs, enfants de la terre, sont obligés de mettre leur santé en péril en aspergeant des tonnes de de produits de synthèse leurs champs pour répondre aux cahier de charges de production intensive dictée par la grande distribution où on produit toujours plus pour jeter toujours plus et qui ne permet même pas de les rémunérer correctement. Un modèle où on pille ce que la nature à mis des millénaires à construire pour le vendre, détruisant l’équilibre fragile de notre écosystème.

Revenons aux abeilles, dont le caractère essentiel pour notre biodiversité est in-con-tes-table. Le Glyphosate ne tue pas les abeilles, c’est un herbicide, il tue les plantes. Un pesticide par contre lui va agir contre les insectes, et donc par extension les abeilles. Discuter Glyphosate et confondre pesticide et herbicide, c’est comme parler de math quand on confonds le plus et le moins. Il suffit de tape Glyphosate + abeilles sur le net pour tomber sur des quantités immenses d’information totalement inexactes.

Je tiens directement à m’excuser auprès de David, l’auteur de cet article épinglé, si il se sent vexé. No offense, c’est un excellent article et tu es un blogueur que je lis régulièrement et recommande (Le Déconsommateur). Bref, le Glyphosate est un herbicide, il tue les plantes et est utilisé massivement depuis des années.

Et pour cause, il est très pratique. Beaucoup me parlent du Roundup et ignorent la vraie mécanique qui a fait son succès dans les années 70. Celle-ci est expliquée dans cette vidéo de 58 secondes produite par Bayer.

Sachant que certains d’entre vous ne vont pas voir les mêmes infos que moi en regardant cette vidéo vu qu’elle est produite par le grand méchant loup (Big Pharma et les potos) je vais vous dire moi ce que je vois.

Je vois une société qui a réussi à créer une combinaison de produits (herbicide/semances OGM) qui une fois réunis permettent à un agriculteur de choisir ce qu’il va exploiter sur ses terres, et d’éliminer tout le reste. Je vois un produit qu’on asperge une fois au début de la culture et qui agit en surface permettant un épandage par avion sur des zones immenses en toute facilité. C’est une prouesse scientifique, un tel contrôle sur l’environnement aurait permis d’éviter de nombreuses famines dans les siècles précédents.

Par contre c’est un produit dangereux qu’il faut manipuler avec précaution et parcimonie. Au même titre que de rayons X par exemple. Super pratique en médecine (on ne pourrait pas faire sans) mais extrêmement dangereux si on ne se protège pas et qu’on s’y expose trop souvent.

Et là où j’en veux à Monsanto (et son grand frère Bayer) c’est qu’ils savaient que ce produit était dangereux et pouvait mener à certaines dérives, et qu’ils n’ont rien dit, préférant continuer a faire du pognon. Les fameux « Monsanto Papers » prouvent qu’ils se posaient déjà des questions dans les années 80. C’est également une autre facette de ce débat qui le rend moins serein. Les gens en ont marre de ces multinationales opaques et moyennement honnêtes et donc je comprends que la réaction commune est plus de l’ordre du « vade retro satanas » quand on parle de Bayer plutôt qu’une analyse objective.

Dernier point, la confusion entre l’agent et le vecteur. Pour faire un parallèle avec le coronavirus, l’agent responsable de la maladie, c’est le virus COVID-19, le vecteur qui lui permet de faire des ravages, c’est nous les humains. Il serait illogique d’accuser le vecteur (les humains) des agissements de l’agent. Il en va de même pour le Roundup, qui n’est que le vecteur des ravages que nous faisons subir à notre planète.

Si j’asperge des hectares de Roundup pour planter des chicons transgéniques, je tue l’habitat de tout ce qu’il y avait avant mes chicons. Et donc toute la biodiversité disparait, et avec elle, nos chères abeilles. Mais le résultat est le même si à la place du Roundup et des chicons on construit un centre commercial, un hôpital ou une école. C’est un fait, et j’aime le rappeler.

En conclusion, le glyphosate, ce n’est pas l’amiante ou le tabac, deux substances pour lesquelles les risques de développer certains cancers sont multipliés des dizaines de fois. Mon jardin est au naturel, tout peut y pousser contrairement à la majorité des jardins manucurés limitant la biodiversité. Mes futurs enfants seront biens moins exposés à des substances nuisibles en jouant dans mon jardin plutôt qu’en participant à un atelier de menuiserie. Et si j’asperge mon jardin c’est pour faciliter la construction d’une terrasse donc ça leur fait une elle jambe à tes abeilles. Donc calm your tits, check wikipedia and stay critic !

Amicalement,

Brieuc

PS : Je posterais un photo de mon magnifique jardin une fois terminé!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *